jeudi 19 octobre 2017

46% des Américains pensent que les médias diffusent des Fake News sur Trump


D’après un sondage Politico, 46% des américains (et 76% des électeurs Républicains) pensent que les médias diffusent de fausses informations sur Donald Trump, contre 37% qui pensent le contraire. – Fox News, 19/10/17, 6h30 Trish Regan : «Si vous pensez que les médias inventent des histoires sur le président Trump, vous êtes loin d’être le seul. Un nouveau sondage Politico a posé la question, et devinez quoi ? 46% ont sont de cet avis. Près de la moitié du pays a dit Oui ! Et 37% estiment que les médias n’inventent pas d’histoires sur le Président, 17% sont sans opinion. Mais parmi les électeurs républicains, 76% estiment que les médias inventent des histoires, 11% pensent que non. Kayleigh McEnany, porte-parole des Républicains, nous rejoint pour réagir. Kayleigh, ravie de vous voir. Qu’est-ce que ça vous inspire que près de la moitié du pays, et la majorité des Républicains pensent que les médias fabriquent des Fake News sur Trump ?» Kayleigh McEnany : «Le peuple américain est très perspicace, il a compris le jeu des médias, ils ne peuvent pas être trompés, ils voient la longue litanie de fausses informations. Je vous en cite quelques unes, Trish : NBC a dû publier un correctif après avoir inventé une histoire sur les notes de Paul Manafort sur le Comité National Républicain, un article du New York Times de février a été démenti par James Comey, CNN a retiré un article qui affirmait que Scaramucci était impliqué dans l’enquête sur la Russie, un journaliste du Times affirmait que le président Trump avait retiré le bus de Montgomery de son bureau, l’Associated Press a dit que l’administrateur de l’EPA a eu une rencontre avec un responsable du Dow Chemical, ce qui est faux. En voilà 5 en seulement quelques mois. Ils inventent des histoires et le peuple américain s’en rend clairement compte. Mais il y a une chose que les médias n’ont pas pris en compte, c’est que ce président est un combattant. Il va répliquer. Il ne va pas se laisser faire. Et il les bat à leur propre jeu quand on voit ce sondage : 46% pensent que les médias inventent des histoires. Le Président Trump est en train de gagner.» Trish Regan : «Vous venez de dire qu’il les bat à leur propre jeu, c’est très intéressant Kayleigh, parce que quand on y repense, personne n’a encore fait cela. Personne n’a été aussi combatif que lui. Certainement pas comme cela. Certains disent «Ce n’est pas présidentiel» ou je ne sais quoi, mais si les médias s’en prennent à vous, que faites-vous ? Comment réagissez-vous quand ils inventent des histoires ?» Kayleigh McEnany : «Vous répliquez ! Parce qu’historiquement, on a vu des politiciens républicains prendre des coups, encaisser la négativité, et rester silencieux. Le Président Trump, lui, réplique.» 
Donald Trump a réagi sur twitter en estimant que ce sondage qui va pourtant dans son sens était sous-estimé : «“46% des Américains pensent que les médias inventent des histoires sur Trump et son administration.” C’est en fait bien pire que cela.»



Chute de Raqqa, la fin de Daech ?

Le Clash avec Rachel Marsden 

Raqqa ! Raqqa outragé ! Raqqa brisé ! Raqqa martyrisé ! Mais Raqqa libéré ! La capitale de Daech a finalement été libérée à la mi-octobre par les Forces Démocratiques syriennes, milice arabo-kurde soutenues par les États-Unis. Le « califat » ne règne plus que sur un espace désertique de 15.000 km2, à cheval sur la frontière irako-syrienne. L’éradication annoncée de son territoire et de ses combattants va-t-elle déboucher sur un retour aux frontières d’avant la guerre ? 

Invités: Jean-Pierre Duthion est consultant media, et a été expatrié français en Syrie pendant dix ans, où il a notamment été emprisonné. Christian Chesnot est journaliste à France Inter et spécialiste du Moyen-Orient.

Natacha Polony : La chute de Raqqa inquiète beaucoup les pays occidentaux

Avec la chute annoncée de Raqqa, les pays occidentaux, dont la France, sont confrontés au problème du possible retour de leurs ressortissants partis rejoindre les rangs de l'EI. 
Natacha Polony dans le Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard. 19/10/2017

Donbass : les assassins de Motorola capturés


Les personnes liées à l'assassinat de Arsen Pavlov (alias Motorola) ont été placées en détention, a affirmé le chef de la République populaire de Donetsk (RPD) Alexandre Zakharchenko lors de sa visite de travail à Rostov-on-Don le 16 Octobre, selon l'Agence des Nouvelles de Donetsk.

"Le ministère des Affaires intérieures de la RPD (DPR MAI) fera bientôt une déclaration sur les progrès de l'enquête sur la mort violente de Pavlov. Tous les individus impliqués dans sa mort sont en détention, à l'exception d'une personne. Le MAI de la République fera une déclaration à cet égard ", a informé Zakharchenko.

Le commandant du bataillon Sparta Pavlov alias Motorola, a été tué à Donetsk en octobre 2016.

Les autorités de la RPD considèrent que la mort de Pavlov est le résultat de l'attaque terroriste organisée par les services de sécurité ukrainiens.

Les représentants des forces de l'ordre républicaines ont déclaré plus tôt qu'ils soupçonnaient la communauté de la "Division Misanthropique" d'organiser des attaques terroristes sur le territoire de la République. Des membres de cette organisation ont pris la responsabilité du meurtre de Motorola.

mardi 17 octobre 2017

George Soros transfère 18 milliards de dollars à son institut Open Societies Foundation

George et John, amis pour la vie

[Et ça sent pas bon! - NDLR]

Selon le « Wall Street Journal » , le financier américain d'origine hongroise vient de confier près de 18 milliards de dollars, soit l'essentiel de sa fortune, à sa fondation Open Society Foundations, créée en 1979. Celle-ci se voit ainsi instantanément propulsée au deuxième rang des organisations philanthropiques aux Etats-Unis par les actifs gérés, derrière la fondation du couple Gates, selon le National Philanthropic Trust.
George Soros avait indiqué par le passé qu'il comptait léguer sa fortune à sa fondation, qu'il alimente régulièrement depuis des années. Au total, le milliardaire et sa fondation ont déjà financé 14 milliards de dollars de "projets philanthropiques".

Pour en savoir plus sur les activités de l'institut Open Societies Foundation de Soros :

dimanche 15 octobre 2017

Natacha Polony face à Glucksmann sur l'interview de Macron, H.Weintein, B.Cantat et l'islam


l'affaire Harvey Weintein aux Etats Unis, l'exposition de Bertrand Cantat en couverture des Inrocks, l'interview ce soir du Président de la République

Le Grand Face à Face 15/10/2017 Ali Baddou, Natacha Polony et Raphaël Glucksmann

samedi 14 octobre 2017

Défense russe : 1 000 combattants de Daesh seraient arrivés en renfort d'Irak en Syrie


Environ 1 000 djihadistes, venant des zones d'Irak où agit la coalition internationale sous commandement américain, sont entrés en Syrie où leur offensive a été brisée par l'aviation russe et l'armée syrienne, selon le commandement russe.

EN DIRECT : Les images de la grande manifestation féministe contre les abus sexuels à Hollywood !


Pour quelle raison la Russie rachète-t-elle de l’or en quantité record?



Depuis que les États-Unis et l’Union européenne ont introduit leurs sanctions à l’encontre de la Russie, ce pays a intensifié sa politique de rachat d’or. Sputnik a invité un expert à s’exprimer sur les raisons qui la motivent.

De janvier à septembre 2017, la Banque centrale de Russie s’est procurée la bagatelle de 4,2 millions d’onces troy d’or pour un montant de 5 milliards de dollars (près de 4,2 milliards d’euros, selon le taux de change actuel), soit une hausse de 15% par rapport à la même période l’année précédente. Cet intérêt pour le métal précieux n’est pas nouveau: depuis l’introduction de sanctions antirusses par l’UE et les États-Unis, la Banque centrale russe achète chaque année 100 tonnes d’or, soit plus que tout autre régulateur du système bancaire au monde.

Les raisons? Comme l’explique à Sputnik Gabriel Rubinstein, consultant financier et ex-représentant de la Banque centrale d’Argentine, les pays accumulent de l'or pour des raisons stratégiques et défensives, pour le cas où une situation absolument destructrice se produirait entre les États et entraînerait une dévaluation des devises.

«Par conséquent, il est préférable d'avoir des lingots d'or qui formeront la base de toute autre devise ou de tout autre actif précieux à l'avenir. Cette ressource financière éternelle a une valeur réelle par rapport à d'autres actifs financiers», explique l’expert.

Selon ce dernier, les pays croient qu'il vaut mieux avoir de l'or que des dollars: «Si vous supposez hypothétiquement que la Russie aura beaucoup de dollars et que les États-Unis voudront lui porter préjudice, la manipulation et d'autres actions entreprises par le pays émetteur le rendront possible».

Il convient de noter qu’au cours de ces 10 dernières années, la Banque centrale de Russie a considérablement modifié sa politique de gestion des réserves de change du pays. Ceci concerne de prime abord la diminution de la part d’euros de 40 à 26% et l’augmentation du volume d’or de 8 à 73,6 milliards de dollars.